Un astéroïde évalué à 700 quintillions de dollars pourrait faire de nous des multimilliardaires

Découvert pour la première fois en 1852, l’astéroïde Psyché 16 est constitué à 90% de métaux souvent précieux. Au cours des matières premières, sa valeur se chiffre en milliards de milliards de dollars. La Nasa va lancer une sonde qui atteindra son orbite en 2026.

Un astéroïde évalué à 700 quintillions de dollars pourrait faire de nous des multimilliardaires
Et pour mieux comprendre, 700 quintillions de dollars ça fait 700 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 dollars. Oui c’est beaucoup…

Impossible d’utiliser l’expression ne pas payer de mine à propos de (16) Psyché. L’astéroïde, flottant nonchalamment et sans but précis, quelque part entre Mars et Jupiter dans la ceinture d’astéroïdes, semble n’être qu’un gros caillou de plus dans l’univers.

Mais payer une mine est pourtant ce que le corps métallique de (16) Psyché pourrait faire à la terre et à ses habitant·es. S’il existe des contestations sur la composition de l’objet, certain·es spécialistes estiment que l’astéroïde est principalement constitué de nickel, de fer et surtout d’or.

Tous milliardaires

L’estimation de sa valeur? 700 quintillions de dollars. Un quintillion, dans les pays utilisant l’échelle courte, correspond à 10 puissance 18, ce qui fait un milliard de milliards, donc beaucoup d’argent –plus précisément d’or, de fer et de nickel.

Imaginons un instant qu’une agence publique, au hasard la NASA qui prévoit d’aller explorer (16) Psyché en 2026, décide avec ses petits bras musclés et ses pelles robotiques de l’espace de miner intégralement la chose et d’en rapporter sur Terre ses riches entrailles.

Imaginons aussi ce qui suit. Si, dans un souci de justice inespéré de distribution équitable de ces vastes richesses entre tous les habitants·e du monde, il est calculé avec cette valeur totale de 700 quintillions que chaque être humain recevrait la coquette somme de 93 milliards de dollars environ. Soit un poil moins que la fortune estimée de Bill Gates.

L’idée est plaisante. Las, elle est théoriquement fausse. Injecter une telle quantité de matériaux rares dans l’économie leur ferait perdre instantanément leur valeur, tous les marchés s’effondreraient et les métaux brillants offerts aux humains ne pourraient plus leur servir que de presse-papier ou de cendrier.

Miner les astéroïdes, voire plus près de nous la Lune, n’est pourtant pas une idée aberrante. Malgré des complexités juridiques et de nombreuses incertitudes techniques comme scientifiques, certaines firmes privées (et des États comme le Luxembourg) font même le pari que les richesses de l’avenir seront à aller récolter dans l’espace.

Ce n’est pas sans rappeler que la ruée vers la fortune stellaire est déjà en cours: la banque américaine Morgan Stanley la qualifie même de «next trillion-dollar industry».

https://korii.slate.fr/