Six erreurs à éviter lors de l’utilisation de l’ail comme un antibiotique

L’ail n’est pas seulement un aliment, c’est une vraie légende. On a trouvé de l’ail dans les pyramides d’Égypte et il est même mentionné dans la Bible. Hippocrate, le père de la médecine occidentale, en prescrivait régulièrement, et on en a donné aux premiers athlètes olympiques de la Grèce Antique pour améliorer leurs performances.

Six erreurs à éviter lors de l’utilisation de l’ail comme un antibiotique

L’ail a de nombreux pouvoirs que vous ne connaissez pas.

Les recherches confirment ce que les anciens guérisseurs et herboristes savaient intuitivement : que l’ail est une arme puissante dans la lutte contre la maladie. Une étude de 1999 menée par S. Ankri et le Dr Mirelman montre qu’un composé de l’ail appelé allicine est responsable des propriétés antimicrobiennes, antivirales et antiparasitaires dans l’ail. Il a également été prouvé qu’il combat certaines superbactéries résistantes aux antibiotiques.

Si vous voulez que l’ail préserve ses bienfaits, il est important de savoir comment l’utiliser correctement. Sinon, ses effets seront limitées, et vous pourriez ne pas obtenir les résultats que vous voulez. si vous essayez d’utiliser l’ail comme un remède naturel vous devez éviter un certain nombre d’ erreurs courantes.

Erreur N° 1 – utiliser l’ail cuit

La cuisson de l’ail est tout à fait acceptable si vous l’utilisez pour pimenter votre nourriture. Cependant, la cuisson détruit l’ingrédient actif de l’ail – l’allicine. L’allicine est l’un des composés soufrés présents dans l’ail. L’allicine s’active lorsque l’ail cru est mâché, haché ou écrasé. Mais, elle se désactive par la chaleur, c’est pourquoi la cuisson de l’ail abaisse son potentiel de guérison et devrait être évitée.

Ainsi, lorsque vous cuisinez à la maison, assurez-vous de rompre les parois cellulaires en utilisant votre méthode préférée. Mais ne vous contentez pas d’ajouter simplement l’ail haché dans votre casserole. Il s’avère que la chaleur neutralise les bienfaits de l’allicine pour la santé.Une étude de 2001  réalisée par K. So et J.A. Milner a révélé que chauffer, passer au micro-ondes, ou bouillir l’ail haché détruit toute l’activité de l’enzyme allinase. Cependant, dans la plupart des plats il faut de l’ail cuit plutôt que cru.

Voici comment préserver les avantages de guérison  de l’ail lors de la la cuisson:
Écraser l’ail, puis attendre 10 minutes avant la cuisson pour maximiser les bienfaits pour la santé. Laisser l’ail écrasé reposer pendant 10 minutes avant la cuisson améliore la formation d’allicine, assure la synthèse maximale de l’allicine, et la rend également plus stable et résistante à la chaleur de la cuisson. Puis cuire sur un feu doux ou moyen pour une courte période de temps (jusqu’à 15 minutes ).

Erreur N° 2 – prendre l’ail sous une forme de pilule

Pour éviter l’odeur et le goût puissant, certaines personnes décident de prendre des pilules d’ail. Comme c’est souvent le cas, cette solution facile ne fonctionne pas vraiment. Comme mentionné précédemment, pour activer le composé de guérison de l’ail, vous avez besoin d’ingérer l’ail écrasé. Les pilules, la poudre ou sous forme séchée ne peuvent pas égaler le potentiel thérapeutique de l’ail dans son état naturel .

Erreur N° 3 – utiliser de l’ail qui a perdu sa fraîcheur

Assurez-vous que les gousses que vous obtenez sont frais et n’ont pas été stockés pendant une longue période. Comme toujours, l’ail biologique est de loin l’option la plus saine .

Erreur N° 4 – prendre trop peu d’ail

Si vous voulez lutter contre les infections de façon naturelle, vous aurez besoin de manger une généreuse portion d’ail. Juste une petite gousse ne sera probablement pas suffisante pour faire l’affaire. Pour une dose thérapeutique, de deux à trois gousses d’une taille moyenne par jour. Les gens ont rapporté qu’ils ont guéri d’infections graves par la mastication de deux à trois gousses par jour.

Erreur N° 5 – oublier de reconstituer la flore intestinale

Parce que l’ail agit comme un antibiotique, une grande quantité, peut affecter la flore intestinale et épuiser les bactéries. Comme avec les autres antibiotiques, vous avez besoin d’un bon approvisionnement de probiotiques pour permettre à votre intestin de retrouver son équilibre. Vous pouvez acheter des suppléments de probiotiques de bonne qualité.

Erreur N° 6 – Ne pas manger une alimentation saine

Vous ne pouvez pas attendre que l’ail fait tout pour vous. Vous avez également besoin d’adopter un mode de vie sain, et un régime qui va favoriser le processus de guérison. Une alimentation riche en sucres et en aliments transformés est nuisible pour votre système immunitaire. Vos efforts doivent être soutenus par des aliments qui vous fournissent une vraie nourriture et protègent votre santé : légumes, fruits, aliments probiotiques, les huiles saines, des protéines maigres et beaucoup de bonne eau.

Conseils pour manger l’ail frais

Nous avons dis que la meilleure façon de consommer l’ail comme un antibiotique est de le manger cru et frais. Pas tout le monde aime son goût. Les herboristes David Winston et Merrily A. Kuhn , RN , PhD, suggèrent de hacher les gousses et les laisser reposer 10 à 15 minutes. Puis, mélanger l’ail avec des, compote de pommes, miel, ou un autre agent de support que vous trouvez plus facile et plus savoureux à ingérer.

Peut-on mangez l’ail cru sur un estomac vide ?

Il est parfois conseillé de mâcher l’ail à jeun le matin, avant le petit déjeuner, et avant même de boire de l’eau ( vous pourriez avoir besoin d’un verre d’eau pour soulager les brûlures, surtout si vous prenez plus d’une gousse). Ce régime a donné de bons résultats .

Cependant, gardez à l’esprit que, pour certaines personnes, l’ail cru sur un estomac vide peut provoquer une irritation du tube digestif. Une étude publiée en 2005 dans l’American Family Physician a noté que la consommation de quantités excessives d’ail cru, en particulier sur un estomac vide, peut provoquer des troubles gastro-intestinaux, flatulences, et des changements dans la flore intestinale.

Il est toujours conseillé de commencer avec de petites quantités et observer la réaction de votre corps. C’est important aussi parce que certaines personnes ont une allergie à l’ail. Ils pourraient développer une gamme de symptômes, y compris les ballonnements, de la diarrhée, des nausées, des vomissements et des différentes réactions cutanées (rougeurs, eczéma). Les gens qui sont intolérants à l’ail pourraient encore être en mesure de le consommer en petites quantités, mais leurs symptômes peuvent apparaître lorsque la dose est augmenté. Cependant, chez la plupart des gens, l’ail ne produit pas d’effets secondaires.

L’usage médical de l’ail est connu depuis plus de 3000 ans. Déjà Hippocrate l’a prescrit pour le traitement du cancer du col utérin, et Albert Schweitzer l’a utilisé pour traiter la dysenterie en Afrique. Cet antibiotique ancien reçoit le soutien de la communauté scientifique et les guérisseurs naturels du monde entier.

Source : healthyandnaturalworld.com/…