L’astuce du Pr. Raoult pour publier massivement des études et décrocher des financements

En publiant un nombre hors normes d’études dans des revues scientifiques contrôlées par ses amis, il obtient une note mirifique et décroche 10 millions d’euros de financement par an à l’AP-HM. Décryptage.

L’astuce du Pr. Raoult pour publier massivement des études et décrocher des financements

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le professeur Didier Raoult, qui dirige l’IHU – Méditerranée Infection à Marseille, s’est imposé comme une des principales figures médiatiques et scientifiques. Promoteur déterminé d’un traitement à base d’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, il s’est attiré les foudres de ses confrères dénonçant les failles de ses études censées démontrer l’efficacité de cette molécule. Depuis, les études scientifiques sérieuses sur le sujet pointent toutes vers une absence d’effet de l’hydroxychloroquine. Le professeur marseillais affirme pour sa part que ses détracteurs sont « des enfants », voire des « blaireaux » qui ne comprendraient rien aux virus, tout en se qualifiant lui-même de « Mbappé de la recherche », de « star mondiale des maladies infectieuses », voire de « Mozart » de la médecine.

Pour le prouver, il s’appuie sur son « indice h », l’un des plus élevés au monde. Cet outil bibliométrique inventé en 2005 permet, théoriquement, de mesurer la qualité de chaque scientifique. Sauf que cet indice rend moins compte de la qualité d’un chercheur que de sa productivité. Or cette dernière peut être gonflée artificiellement grâce à divers procédés qui permettent par ailleurs de décrocher de juteux financements. Ce dont Didier Raoult et son équipe ne se privent pas. Explications.

Lire l’intégralité de l’article du journal “L’Express” ici